Combien rapportent 300 000 euros placés par mois ?

Combien rapportent 300 000 euros placés par mois ?

Quelle rente mensuelle espérer avec 300 000 euros ? C’est assurément une très belle somme. Quelle stratégie de placement privilégier ? Comment prendre en compte la fiscalité ?

Plusieurs raisons peuvent vous amener à la tête d’un capital de 300 000 euros : vente immobilière, cash-out (vente de parts de votre entreprise), héritage, épargne accumulée au fil des ans…

Si c’est le cas, vous vous demandez sans doute, fort justement, combien peuvent rapporter 300 000 euros placés par mois. Et la réponse est… 1 000 € par mois, soit 12 000 € par an, selon la “règle des 4 % (du mouvement FIRE)”. Mais bien sûr, il n’y a pas de réponse unique : tout dépend de votre situation et de vos objectifs. Voyons cela en détail.

SOMMAIRE

Ce que rapportent 300 000 euros placés par mois dépend de plusieurs facteurs

La façon dont vous placez cette somme pourra faire fortement varier le montant de la rente (500 €/mois, 1 000 €/mois, 1 500 €/mois…) mais aussi sa régularité (mensuelle, trimestrielle, annuelle). Tout dépend du type de placement choisi, de la durée du placement et du risque associé.

Le fonctionnement d’un investissement

Pour savoir combien rapportent 300 000 euros placés par mois, il faut se pencher sur la nature des placements.

En effet, entre un livret d’épargne qui rapporte de 0 à 3 % par an (moyenne des 20 dernières années) et un panier d’actions (ETF) qui rapporte 8 % (voire davantage ces dernières années en suivant l’indice MSCI World), la différence est de taille. Mais le niveau de risque et la volatilité ne sont pas les mêmes.

De fait, un placement ne peut être à la fois parfaitement sûr, très liquide et fort rentable. Le triangle de l’investissement permet de s’en rappeler facilement.

Les gains escomptables dépendent donc de votre allocation entre vos différents placements.

L’allocation de vos 300 000 euros placés par mois

Selon votre situation, vos objectifs et votre appétence au risque, votre allocation cible peut varier de manière significative. Il existe néanmoins des bonnes pratiques générales synthétisées par la pyramide ci-dessous.

  • La base de votre patrimoine est soutenue par votre trésorerie (placements sécurisés type livrets et fonds euros), sans oublier l’immobilier avec la résidence principale.
  • Le cœur de votre patrimoine pourra allier des placements en obligations, en actions et/ou en immobilier. De plus, vous pouvez bénéficier d’un puissant accélérateur patrimonial : l’effet de levier avec, entre autres, le crédit immobilier et le crédit lombard.
  • Enfin, vous avez l’option d’ajouter à ces solides fondations une touche de placements atypiques plus ou moins exotiques comme les cryptomonnaies.

Note : pour la trésorerie sécurisée, le livret A est limité à 22 950 € par personne, mais reste pertinent dans toute allocation, même quand il s’agit de placer 300 000 €. Enfin, les fonds euros en assurance vie sont très complémentaires de ces livrets dits “réglementés” pour constituer une poche sécurisée et liquide, notamment en vue de projets à court terme.

Un complément de revenu mensuel, trimestriel ou annuel ?

Obtenir un revenu mensuel d’un placement de 300 000 euros n’est pas nécessairement automatique. En effet, la plupart des placements ne versent pas des revenus mensuellement mais plutôt de façon annuelle, semestrielle ou trimestrielle.

Revenus annuelsRevenus trimestrielsRevenus mensuels
– Livrets d’épargne
– Dividendes de la plupart des actions
– Fonds euro en assurance vie
– Dividendes de certaines actions (TotalEnergies, STMicroelectronics…)
– La plupart des SCPI
– Dividendes de rares actions (Realty Income, Northland Power…)
– Certaines SCPI
– Loyers (immobilier physique)
Tableau non exhaustif de différents placements avec leur périodicité de rendement

Néanmoins, cet écueil peut facilement être surmonté en raisonnant en termes de revenus annuels. D’un point de vue pratique, sauf exception, vous pouvez réaliser des retraits partiels chaque mois de vos placements :

  • Sur un livret d’épargne, l’opération est immédiate et sans difficulté.
  • En assurance vie, les rachats partiels offrent également une grande liberté. En effet, il est possible de récupérer son argent en 72h avec les meilleurs contrats d’assurance vie.
  • Dans le cas d’un plan d’épargne en actions (PEA) ouvert depuis plus de 5 ans ou d’un Compte-Titres Ordinaire (CTO) , les retraits sont là aussi aisés et illimités. Il faudra seulement au préalable vendre une partie de ses titres.
  • Concernant le plan d’épargne retraite individuel (PERin), les cas de sortie sont limités avant départ en retraite (sortie en rente, ou en capital à votre rythme), mais comportent notamment l’acquisition de la résidence principale.
  • Enfin, la pierre papier, avec les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI), n’est pas toujours très liquide. Sauf si elle est logée au sein d’une assurance vie, mais verse des revenus tous les trimestres voire tous les mois pour certaines SCPI.

Le cadre fiscal influence ce que rapporte le capital placé

Pour l’ensemble de vos investissements, la fiscalité est un critère à ne pas négliger.

Placements immobiliers

En France, l’investissement immobilier n’est réellement intéressant que sous 2 conditions : (1) à crédit et (2) en optimisant la fiscalité associée. Voyons ensemble ce deuxième point.

La location nue et les SCPI en direct

Tout d’abord, louer nu (sans meubles) un bien immobilier et investir en SCPI directement vous permet d’obtenir des loyers faisant office de compléments de revenus. 

En plus des prélèvements sociaux au taux de 17,2 %, ces loyers sont imposés à l’Impôt sur le Revenu (IR) dans la catégorie des revenus fonciers selon votre TMI (Tranche Marginale d’Imposition : 0, 11, 30, 41, 45 %). Prenons deux exemples avec une TMI de 30 % et calculons l’impôt :

  • Le régime micro-foncier (abattement de 30 % sur les loyers perçus) sous conditions. Exemple chiffré : sur 10 000 € de loyers perçus annuellement, l’imposition totale représente dans ce cas = (10 000 € – 3 000 €) x (30 + 17,2 %) % = 3 304 €.
  • Le régime réel. Il permet quant à lui de déduire les charges réellement supportées plutôt que l’abattement forfaitaire de 30 %. Pour reprendre l’exemple précédent, si vous percevez 10 000 € de loyers annuellement mais que vous avez 6 000 € de charges déductibles, l’imposition représente : (10 000 € – 6 000 €) x (30 + 17,2 %) = 1 888 €.

Note : le régime réel est donc particulièrement intéressant s’il y a eu beaucoup de travaux par exemple. Il peut même générer un déficit foncier imputable en partie sur votre revenu global et sur vos revenus fonciers des 10 années à venir.

La location meublée avec le statut LMNP

S’agissant de la location meublée, la fiscalité est également sensiblement variable selon les cas.

En effet, les loyers sont imposés à l’IR dans la catégorie des BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux) et non pas en revenus fonciers. De la même manière que pour la location nue, il existe un régime micro et un régime réel, reprenons l’exemple et calculons l’impôt :

  • Le régime micro-BIC est plus avantageux que dans le cas d’une location nue. En effet, il offre un abattement fiscal de 50 % des loyers déclarés. Donc l’imposition = (10 000 € – 5 000 €) x (30 + 17,2 %) % = 2 360 €.
  • Mais c’est surtout le régime BIC réel qui est particulièrement avantageux dans le cas d’une location meublée. En effet, grâce au régime réel, non content de pouvoir déduire toutes les charges comme dans le cas d’une location meublée, vous pouvez également amortir votre bien immobilier. Cet amortissement comptable viendra réduire d’autant votre résultat imposable qui peut chuter à 0 € donc 0 € d’impôts.

Grâce à l’amortissement comptable qui vient s’ajouter aux charges déductibles, le régime BIC réel permet généralement de ne payer aucun impôt sur les revenus locatifs pendant les premières années (typiquement 5 à 10 ans).

Prenons un exemple chiffré. Si vous achetez un bien 200 000 €, l’amortissement comptable sera d’environ 5 000 € par an. Si ce bien produit 10 000 € de loyers annuels, c’est déjà 50 % de votre résultat fiscal qui est gommé par l’amortissement comptable. Ajoutez à cela les charges annuelles et les frais divers (intérêts d’emprunt, frais d’agence, frais d’acquisition, frais d’emprunt, etc.) et vous comprendrez que le résultat fiscal net peut facilement s’approcher de zéro. Donc 10 000 € de revenus locatifs mais 0 € revenus imposables, ce qui donne 10 000 € – 0 € d’impôts = il vous reste 10 000 € de revenus nets d’impôts.

En synthèse pour l’immobilier, quels revenus locatifs nets d’impôts ?

Reprenons notre exemple, pour 10 000 € de revenus locatifs annuels, ce qu’il vous reste en revenus nets d’impôts selon les 4 régimes fiscaux :

  • Location nue (ou SCPI) au micro-foncier : 10 000 € – 3 304 € = 6 696 €.
  • Location nue au réel : 10 000 € – 1 888 € = 8 112 €.
  • Location meublée (LMNP) au micro BIC : 10 000 € – 2 360 € = 7 640 €.
  • Location meublée (LMNP) au BIC réel : 10 000 € – 0 € = 10 000 €.

Ce dernier régime fiscal, dans le cas présent, rapporte donc bien plus de revenus nets mensuels après impôts. Vous voyez à quel point le régime fiscal influence ce que rapporte le capital investi.

Note : avant tout investissement, nous simulons pour choisir le meilleur régime fiscal pour obtenir le maximum de revenus nets d’impôts. Vous pouvez prendre rendez-vous pour un conseil personnalisé.

Placements financiers

Concernant les placements en obligations, en actions et en immobiliers, vous devez investir avec une « enveloppe fiscale ». Selon l’enveloppe choisie (CTO, assurance vie, PER et PEA) et la durée de détention, la différence entre le revenu brut et le revenu net n’est pas la même :

  • Les revenus (dividendes et plus-values) tirés d’un CTO sont soumis au Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) ou « flat tax » à 30 %, ou, sur option, au barème de l’impôt progressif.
  • Quant aux gains issus d’un PEA détenu depuis plus de 5 ans, ils ne sont soumis qu’aux prélèvements sociaux (17,2 %).
  • Il en va de même pour une assurance vie de plus de 8 ans dans le cadre de l’abattement annuel sur les plus-values de 4 600 € (9 200 € pour un couple). Si les gains rachetés dans l’année dépassent l’abattement, ou si l’assurance vie a moins de 8 ans, la fiscalité est plus importante, sans toutefois dépasser 30 % tout compris.

Note : consultez nos articles sur la fiscalité pour en savoir plus : (1) CTO : fiscalité des plus-values et dividendes, (2) la fiscalité du PEA et (3) la fiscalité d’un rachat partiel ou total en assurance vie.

Ce qu’il faut retenir sur la fiscalité

L’impact de la fiscalité n’est pas négligeable. Si vous placez 300 000 euros (ou toute autre somme), les revenus NETS générés dépendront beaucoup du régime fiscal choisi. Vous avez donc tout intérêt à privilégier les placements non imposables et les enveloppes qui présentent un avantage sur ce point, en particulier l’assurance vie.

En effet, véritable couteau suisse de l’épargnant et optimisée fiscalement en cas de retrait, l’assurance vie se révèle également particulièrement intéressante en matière de transmission de patrimoine.

Et ce n’est pas tout, si vous avez plus de 250 000 € à investir, vous pouvez bénéficier de la crème de la crème : l’assurance vie luxembourgeoise. Celle-ci se présente comme la meilleure enveloppe grâce à ses nombreux avantages.

Assurance vie française et luxembourgeoise
Comparatif entre l’assurance vie en France vs Luxembourg

Note : vous pouvez d’ailleurs combiner les avantages des différentes enveloppes et investissements, selon votre situation et vos objectifs. Dans cette logique, nos conseillers Prosper Conseil sont là pour vous accompagner dans la mise en place de la meilleure stratégie pour votre patrimoine. Prenez rendez-vous.

Comment placer 300 000 euros et cela rapporte combien ? Exemples pratiques

Voyons maintenant quelques exemples concrets de répartition d’une somme de 300 000 €.

Combien rapportent 300 000 euros placés par mois avec une allocation équilibrée ?

Avec un profil d’allocation équilibrée, nous pouvons répartir votre patrimoine de la façon suivante :

  • 40 % en fonds actions ;
  • 30 % en fonds immobiliers ;
  • et 30 % en fonds euro/obligataires.
Allocation équilibrée
Exemple d’une allocation équilibrée entre fonds euro, fonds actions et supports immobiliers

En simplifiant, si ces fonds sont logés au sein d’une assurance vie, vous pourrez en tirer un revenu annuel net d’environ 11 000 €, soit environ 920 € par mois (combien rapporte une assurance vie).

Combien rapportent 300 000 euros placés par mois avec une allocation dynamique ?

Avec un profil d’allocation dynamique, vous pouvez opter pour la répartition suivante :

  • 45 % en fonds actions ;
  • 45 % en fonds immobiliers ;
  • et 10 % en fonds euro/obligataires.
Allocation dynamique
Exemple d’une allocation dynamique entre fonds euro, fonds actions et supports immobiliers

Si ces fonds sont logés au sein d’une assurance vie, vous pourrez en tirer un revenu annuel net d’environ 15 000 €, soit soit 1 250 € par mois. Cependant, avec 45 % d’actions, vous devez avoir conscience que la volatilité de votre patrimoine sera non négligeable.

Note : ces hypothèses de rentabilité sont basées sur des performances passées. Ainsi, il est important de rappeler que (1) tout investissement comporte un risque de perte en capital et (2) les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Affiner sa stratégie d’investissement de 300 000 euros

Avez-vous réellement besoin d’un complément de revenus immédiat ? Si ce n’est pas le cas, il est intéressant de faire fructifier votre capital en profitant des intérêts composés.

En effet, toute somme que vous ne prélèverez pas continuera de générer des intérêts. Cela constitue une mécanique très puissante de développement de votre patrimoine.

L’effet “boule de neige” des intérêts composés devient de plus en plus évident avec le temps. C’est clairement visible dans les projections de patrimoine présentées ci-dessous :

300 000 € investis pendant 40 ans
Un capital de 300 000 € investi pendant 40 ans donne des résultats très différents avec une performance moyenne de 3, 5 ou 7 % grâce à la puissance des intérêts composés.

Ce que Prosper Conseil vous propose

Combien rapportent 300 000 euros placés par mois ? Cela dépend principalement :

  • du choix de vos investissements (actions, obligations et immobilier) ;
  • et de la proportion de ces derniers dans votre patrimoine (x % en actions, y % en obligations et z % en immobilier).

De plus, une solution puissante consiste à faire levier sur votre patrimoine. Concrètement, cela signifie :

  • emprunter pour investir en immobilier ;
  • et/ou nantir vos actifs financiers détenus, par exemple, dans une assurance vie. L’établissement qui octroie le crédit se garantissant alors sur votre contrat d’assurance vie. Vous pouvez ainsi libérer un capital supplémentaire à investir.

C’est un excellent moyen d’accélérer la constitution de votre patrimoine mais cela n’est pas sans risque. L’effet de levier doit être rigoureusement bien utilisé, à défaut, il se retourne et devient effet massue.

Pour mettre en place la stratégie d’investissement adaptée à votre profil et générer un maximum de revenus passifs nets d’impôts, vous pouvez contacter un conseiller en gestion de patrimoine Prosper Conseil.

4 réflexions sur “Combien rapportent 300 000 euros placés par mois ?”

  1. bonjour
    avec un capital de 350000€
    combien de temps il faut pour le consommer ? en retirant
    a) 1500 par mois
    b) 2000 par mois.
    merci pour votre réponse.
    Cordialement

    1. Bonjour Robin,
      Je vous remercie pour votre question.

      Option A : avec un capital de 350 000 €, et en retirant 1 500 € par mois, il faut un peu moins de 20 ans pour consommer le capital.
      Option B : avec un capital de 350 000 €, et en retirant 2 000 € par mois, il faut un peu moins de 15 ans pour consommer le capital.

      Néanmoins, nous vous recommandons de placer votre argent pour le faire travailler, afin de consommer le moins possible votre capital.
      En effet, selon la “règle des 4 %” (voir article), en plaçant votre capital sur une allocation équilibrée, vous pouvez espérer retirer vos gains sans éroder votre capital.
      Par exemple, un rendement d’environ 4 % sur vos 350 000 € vous rapporte 14 000 € par an.

      Si je reprends votre question initiale avec la règle des 4 % (net de fiscalité), vous allez certes consommer votre capital, car vous allez retirer plus de 14 000 € par an. Cependant vous le consommerez beaucoup moins vite que si vous n’aviez pas placé cet argent à 4 %.

      Option A avec un capital placé à 4 % : avec un capital initial de 350 000 € et un rendement de 4 % par an de ce capital, et en retirant 1 500 € par mois, il faut 53 ans pour consommer votre argent.
      Option B avec un capital placé à 4 % : avec un capital initial de 350 000 € et un rendement de 4 % par an de ce capital, et en retirant 2 000 € par mois, il faut 23 ans pour consommer votre argent.

      Evidemment, il faut avoir en tête les effets de l’inflation : 2 000 € de 2024 valent plus que 2 000 € de 2044.

      Pour rappel, nous conseillons d’utiliser les enveloppes fiscales les plus avantageuses : assurance vie, PEA et PER.

      Vous pouvez contacter un gestionnaire de patrimoine Prosper Conseil afin de placer au mieux votre capital. Nous vous conseillons à 360 degrés sur l’aspect financier, fiscal et successoral.

      NB : la règle des 4 % est un ordre de grandeur pour un portefeuille équilibré. Les performances passées ne présagent pas des performances futures.

  2. Bonjour,
    Combien de temps peut-on vivre avec 300 000 euros ?
    Dans le cas où :
    – on retire 1500 euros par mois de l’assurance vie,
    – on retire 2500 euros de l’assurance vie.
    En partant sur des hypothèses de rendement réaliste pour les années à venir.
    Cordialement,
    Jacques

    1. Louis Beaucamp

      Bonjour Jacques,

      Je vous remercie pour votre question.

      Si nous partons d’une hypothèse de performance annuelle nette réaliste à 4 % (cf. article) alors :

      – Vous pourrez vivre 27 années en retirant 1 500 € par mois sur votre assurance vie.
      – Vous pourrez vivre 12 années en retirant 2 500 € par mois sur votre assurance vie.

      Cependant, si c’est possible pour vous, nous vous recommandons de ne pas consommer votre capital en retirant “seulement les gains annuels”, soit 1 000 € par mois.

      Notez que le chiffre de 4 % est un ordre de grandeur pour un portefeuille équilibré. De plus, gardez à l’esprit que les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

      Pour rappel, la fiscalité sur les retraits (rachats) en assurance vie est très avantageuse. Ainsi, après 8 ans de détention de votre assurance assurance vie, vous serez exonéré au titre de l’impôt sur le revenu dans la limite d’un abattement sur vos gains de 4 600 € ou 9 200 € pour un couple marié ou pacsé (seuls les prélèvements sociaux à 17,2 % seront dus).

      Bien cordialement,
      Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *